Énergies renouvelables : le Liban garde le cap

Source:  L'Orient-Le Jour

Le ministère de l’Énergie et de l’Eau a fait plusieurs annonces lors du Beirut Energy Forum.

Le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil (à g.), et le gouverneur de la BDL, Riad Salamé (2e à g.), pendant la cérémonie d’ouverture du forum. Photo T.H.B.

C’est une foule « de plus en plus nombreuse » – plusieurs centaines de personnes selon les organisateurs – qui a assisté hier à l’inauguration de la 8e édition du Beyrouth Energy Forum qui se tient du 18 au 20 septembre à l’hôtel Le Royal, à Dbayeh. Comme chaque année, l’événement rassemble des représentants du secteur privé, d’institutions publiques et d’organisations internationales pour trois jours de conférences et de réseautage consacrés au développement des énergies renouvelables et à l’efficacité énergétique.
Parrainé par le président Michel Aoun, représenté par le ministre de l’Énergie et de l’Eau, César Abi Khalil, et principalement sponsorisé par la Banque du Liban, le forum permet aussi aux acteurs de présenter leurs projets et opportunités d’investissement dans ce domaine. Dans un communiqué, l’ambassade d’Italie au Liban a indiqué que « huit sociétés italiennes participaient pour la première fois » à cet événement.

De gauche à droite : le président de l’ordre des ingénieurs et des architectes de Beyrouth, Jad Tabet, la chef de la Délégation de l’UE au Liban, Cristina Lassen, le ministre de l’Énergie, César Abi Khalil, le gouverneur de la BDL, Riad Salamé, le coordonnateur spécial adjoint des Nations unies pour le Liban, Philippe Lazzarini, et le premier sous-secrétaire égyptien à la Recherche, à la Planification et aux Autorités, Mohammad Moussa Omran. Photo T.H.B.

« 10 000 emplois »
L’Italie a également annoncé, faisant écho à la chef de la Délégation de l’Union européenne (UE) au Liban, l’ambassadrice Christina Lassen, pendant le forum la présentation des résultats de SUDeP South. Financé par l’UE, ce projet lancé en 2015 vise à aider les autorités locales dans 6 pays méditerranéens – dont le Liban – à répondre aux défis posés par la transition vers des énergies durables.
Le gouverneur de la BDL, également présent, a affirmé à L’Orient-Le Jour qu’il « espérait que ces forums créent une dynamique de financement dans le secteur des énergies renouvelables ». Il a également indiqué que « le nombre de sociétés dans ce secteur au Liban était passé de 65 à 300 en cinq ans » et souligné la création de « plus de 10 000 emplois » directs et indirects sur cette période. La BDL subventionne des prêts dans le cadre du plan portant sur l’action nationale pour l’efficacité énergétique et l’énergie renouvelable (Neera).

Enfin, le ministre de l’Énergie, César Abi Khalil, a pour sa part annoncé dans son discours le lancement d’appels d’offres pour deux centrales photovoltaïques de 300 kilowatts chacune, dont une qui sera construite au palais présidentiel de Baabda. Il a également rappelé que la date limite pour le dépôt des offres dans le cadre de l’appel d’offres pour la construction de parcs d’énergie solaire photovoltaïque d’une capacité comprise entre 120 et 180 MW dans toutes les régions libanaises – un marché estimé entre 180 et 228 millions de dollars – était fixée au 30 octobre, entre autres annonces.
En janvier, le ministère et le Centre libanais pour la conservation de l’énergie (LCEC) ont lancé une nouvelle feuille de route pour porter la part des énergies renouvelables à 12 % de la demande d’électricité en 2020, pour un investissement de base estimé à 1,7 milliard de dollars.